lundi 3 septembre 2012

Si j'étais Dieu en les voyant prier, je crois que je perdrais la foi...

Le plus dur quand on est catholique pratiquant (comme moi), c’est de devoir faire face aux autres catholiques pratiquants. Charlie Hebdo avait fait scandale avec son fameux dessin représentant Muhammad se cachant les yeux devant des extrémistes islamistes et se désolant : « C’est dur d’être aimé par des cons… » ; je crois que là, on peut faire pareil avec Jésus ou même Dieu le Père face à l’avalanche des attaques des bigots bien de chez nous.
                                
Mais qu’est-ce qu’ils ont tous ? On dirait un coup monté. Depuis des mois maintenant, par petites interventions lancinantes, régulières, dans la presse, à la télé, sur les blogs, comme un hoquet qu’on oublie et qui n’en finit de vous pourrir une belle après-midi, tout ce que la fille aînée de l’Église (tu parles…) compte de cul-cul, de gnan-gnan, de plan-plan, de popotte, semble s’être passé le mot pour forcer les derniers rescapés des gastros de l’été à vomir ce qu’il leur reste de tripes après les churros frelatés des plages landaises.

On avait eu Philippe Arino, homosexuel qui va clamant sur toutes les chaînes de télé que décidément, l’abstinence, c’est le top, et écrivant que la masturbation « dit une relation à soi-même consumériste » puisqu’on « se place en principale source de son propre plaisir » (et c’est mal, ça, mon Philippe ? tu saurais m’expliquer pourquoi, des fois ?).

On avait eu Natalia Trouiller écrivant sur son blog, Nystagmus, un billet intitulé « Sexe : et si l’Église avait raison ? », billet qui a fait hurler de rire ou de terreur tout ce que le Net compte de réseaux sociaux : elle y vantait sa vie sans contraception réelle, affirmant que le contraire, la privant de son rôle de mère, reviendrait à une « amputation » (fichtre, rien que ça), et que la contraception était « un esclavage », puisqu’elle mettait « votre sexualité sous le contrôle d’un toubib ». A ce compte-là, la médecine tout entière elle-même serait donc une vaste traite négrière moderne, puisque après tout, si je vais voir un médecin pour qu’il soigne ma grippe, je mets aussi ma santé sous son contrôle. Et elle nous expliquait bravement, pour finir, que « la masturbation génère la frustration » et « ne peut pas nous rendre heureux ».

On avait eu Pneumatis, homme marié et père de famille, toujours son blog, faisant un « éloge de l’abstinence » et nous blablatant qu’il « ne peut y avoir de sexualité vraie sans abstinence volontaire » pour apprendre à « me dominer moi-même » plutôt que de « dominer l’autre ». Dans un gloubiboulga pseudo-philosophique, il opposait la volonté libre à la concupiscence, comme si la volonté ne pouvait pas librement choisir de suivre ce qu’il appelle la concupiscence. Puis, sans doute complètement défoncé au LSD ou à quelque chose de pire, il demandait non seulement qu’on restât vierge jusqu’au mariage, mais encore de « poursuivre […] par une continence volontaire les premiers jours du mariage » parce que « Dieu veut que nous voulions la virginité ». On a repoussé les limites, là.

Bref, une vraie attaque coordonnée de laïcs de différentes situations mais tous désireux de prouver que oui oui, ils vivaient bien, et avec bonheur, selon l’enseignement et le magistère de notre sainte mère l’Église (sous-entendu : donc tout le monde peut le faire, donc c’est forcément vraiment génial). Et je ne parle même pas du reste, de Patrick Kéchichian, expliquant dans Le Monde que, sur le mariage homosexuel, la position de l’Église « ne pouvait changer » (alors qu’elle a si souvent changé sur tant de sujets, quoi qu’on en dise), et que donc le cardinal Vingt-Trois était dans son rôle en faisant prier pour qu’on n’autorisât pas le mariage homo, ou de Pascal-Emmanuel Gobry disant qu’il était souvent critique de l’Église, mais que sur la sexualité, quand même, fallait bien avouer qu’elle avait 100% raison.

Déjà, cette avalanche me donnait une furieuse envie de me ruer sur des sites de cul, voire dans les bras réconfortants d’une (ou d’un, tant qu’à y être) prostitué ukrainien qui m’aurait fait oublier ces bêtises. Au lieu de ça, j’ai préféré répondre à leurs attaques. Alors :

1. Ils disent qu’on voudrait forcer l’Église à être en accord avec notre époque, ou à se rendre plus attirante. Pas du tout. Pour ma part, je ne suis aucune autorité de manière aveugle, qu’il s’agisse de l’Église ou du temps présent. Je regarde la position des uns et des autres et je réfléchis. Et même si j’aimerais évidemment que l’Église séduisît plus de monde (ce qui, en ce moment, ne risque pas d’arriver), je n’en fais pas le but de mon action. Si je voudrais que l’Église acceptât le mariage gay, ce n’est pas parce qu’il est à la mode, ni pour la rendre attractive à mes contemporains ; c’est parce que le mariage gay me semble objectivement bon et conforme à la volonté de Dieu.

2. Ils disent qu’on refuse l’idée de « loi naturelle », et nous taxent en conséquence de relativistes. Pas du tout. Je crois effectivement qu’il existe une « loi naturelle », autre mot pour désigner la volonté de Dieu. Je ne suis donc nullement relativiste : je crois qu’il y a des choses que Dieu veut, et qu’on peut appeler « bonnes », et d’autres qu’Il ne veut pas, et qu’on peut appeler « mauvaises ». Seulement voilà, je ne crois pas que l’Église ait une vision correcte de cette loi naturelle : selon moi, la loi naturelle existe bel et bien, mais le mariage homo, l’adoption par les homos, la masturbation, les plans à quatre ou le sexe avant le mariage sont parfaitement conformes à cette loi naturelle.

3. Ils disent que la Bible dit le contraire, et c’est vrai, mais bon, elle interdit aussi de manger du porc ou de se raser la barbe sur les côtés, elle autorise à posséder des esclaves et elle commande de mettre à mort les blasphémateurs, et ils n’ont pas l’air de prendre tout ça trop au pied de la lettre ; alors pourquoi les passages sur l’homosexualité ?

Ça aurait pu s’arrêter là, et mon post aurait été assez long. Mais la goutte de gras qui a fait déborder mon petit vase, c’est un article de Jean Mercier sur son blog. Une belle tête de vainqueur, lui. Peut-être même le champion du monde. Non content d’insulter la mémoire de feu le cardinal Martini en utilisant sa récente mort pour dire tout le mal qu’il pense de ses prises de position progressistes (franchement, Jeannot, t’aurais pas pu attendre un mois, le temps de faire croire que tu avais un peu de décence ?), non content de compiler dans son texte tous les témoignages sus-cités, un peu comme quelqu’un qui forcerait un convive déjà visiblement victime d’une indigestion prononcée à reprendre trois fois de la blanquette de veau, ce monsieur nous rajoute sa propre louche de crème bien épaisse à avaler sous la forme de ses propres « arguments » (les guillemets sont, croyez-moi, de rigueur).

Et ses arguments, comme ceux de ses petits camarades, sont tous plus ou moins vaguement fondés sur l’idée de liberté : apparemment, pour être libre, il faut se forcer, s’empêcher, s’arrêter, et surtout obéir, évidemment. « Look, but don’t touch ! Touch, but don’t taste ! Taste, but don’t swallow ! », se moquait Satan dans L’associé du Diable. Tous ces gens, dans la même veine, nous expliquent le bonheur qu’il y a à « résister librement » à ses « pulsions ».

Eh bien à la rigueur, prenons-les au mot. Pour ma part, je me suis fait une règle de ne pas juger la sexualité des autres : tant que ça se passe entre adultes conscients et consentants, je pense que rien de mal ne peut se faire. Je ne vais donc pas tomber dans les travers que je dénonce chez eux ; je ne vais pas les qualifier de frustrés, de frigides, je ne vais pas leur conseiller d’aller se faire soigner, je ne vais pas dire que leur sexualité n’est pas épanouissante. Si elle les rend heureux, tant mieux pour eux. Si ça leur plaît d’attendre, si ça les excite davantage ensuite, qu’ils le fassent, encore que je ne vois pas bien pourquoi ils nous le racontent.

Mais par pitié, qu’ils arrêtent de considérer que ce qui est bon pour eux est forcément bon pour tout le monde. Qu’ils arrêtent de considérer que le chemin qu’ils suivent, eux, est forcément « le meilleur », comme veut absolument le croire Natalia Trouiller. Et que l’Église, avec eux, s’écoute un peu elle-même, et nous laisse enfin vraiment libres de vivre notre sexualité comme on l’entend, tant qu’on reste entre adultes libres et consentants.

Il y a peu de chances qu’ils m’écoutent. Dominique Noguez, dans une chronique du Monde du 1er septembre, parle avec une terrible justesse de « l’infini plaisir » qu’ils ont à « mettre leur nez dans les affaires intimes des autres » : « Parler à la place d’autrui, c’est le fond de leur marotte. […] Mais ce n’est pas tout. Il ne leur suffit pas d’avoir barre sur les consciences, il leur faut aussi les corps. […] Ils sont de l’antique et increvable armada des fouille-culottes, de ceux qui s’intéressent passionnément à la sexualité d’autrui, toujours pour la surveiller, si possible pour l’interdire, un peu pour la voir. »

Et moi, malgré mon amour infini de la liberté d’expression, je me sens un peu comme l’Arthur de Kaamelott. Comme à Perceval, j’ai bien envie de leur dire : « Nan mais je crois qu’il faut que vous arrêtiez d’essayer de dire des trucs. Ça vous fatigue, déjà, et puis pour les autres vous vous rendez pas compte de ce que c’est. Moi quand vous faites ça, ça me fout une angoisse ! Je pourrais vous tuer, je crois. De chagrin, hein ! Je vous jure c’est pas bien. Il faut plus que vous parliez avec des gens. »

16 commentaires:

  1. Olivier Raoul-Duval3 septembre 2012 à 09:03

    Merci Jacques Brel pour le titre !

    RépondreSupprimer
  2. C'est la première fois que je tombe sur ce blog et je tiens a féliciter l'auteur pour cet article , ça fait plaisir de voir qu'il existe encore des croyants ouverts d'esprit , qui ne passent pas leur temps a juger et a être médisants , un comble pour les adorateurs de Jesus .

    RépondreSupprimer
  3. "Si j'étais Dieu en les voyant prier...". Mais je te rappelle, Meneldil, au coup où tu l'aurais oublié, que tu n'es pas Dieu ;-)

    Philippe Ariño

    RépondreSupprimer
  4. "au cas", pardon (mdr!)

    RépondreSupprimer
  5. En bref vous avez tout compris, et l'Eglise n'a rien compris. Ce que l'on a compris, c'est que vous êtes le seul catho bien, tous lmes autres sont mauvais.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mais ce jeune homme est Église !

      Supprimer
  6. Wouahou ! Je suis admiratif devant tant d'humilité et devant ce débordement de charité !

    RépondreSupprimer
  7. Merci pour ce billet de bon sens ! Ce qui, de surcroît, dans ses petits éloges complaisants de son mode de vie les rend détestables et malsains, c'est qu'ils se mettent dans une posture victimaire caché sous le prophétisme : "vous me reprocherez d'être cathos mais..." Alors qu'on ne leur reproche pas tant de suivre le Magistère "si cela vous rend heureux" mais d'extrapoler des choix personnels sur l'universel et d'en faire une mesure morale pour toutes les personnes, non libres, et les situations, à analyser avec compassion. Indirectement, ces billets donnent l'image la pire du cléricalisme : la modestie qui cache une profonde satisfaction et un puissant orgueil. Les contraceptisés, les pratiquant.e.s régulier.e.s du coït anal, les non continents anténuptiaux, les no sex, j'espère moi qu'ils.elles vivent de Dieu et en Lui tout autant que les chastes et respectueux d'usages dont ne sait parfois s'ils ne sont pas autant religieux que sociaux et bourgeois.

    RépondreSupprimer
  8. comme croyant, jene puis que me réjouir de voir que la discussion et le débat s'installe... parfois, comme je suis expaprié de france, je regrette qu'il le fasse à la façon dont les choses se règlent dans le village d'Astérix à propos du poisson d'Ordralfabétix! mais je reconnais avoir participé à ce genre de discussion un peu parallèle parfois. les effets de style parfois gènent le fait d'avancer des arguments... genre: crainte de volée de bois vert en retour mais pas sur le fond! il faut bien reconnaitre que la vie privée , comme son nom l'indique, supporte mal quelque incursion que ce soit surtout sur le ton péremptoire de certains. par ailleurs, et pour le fond, le Verbe s'étant incarné... c'est bien parce qu'il était intéressé de nous dire quelque chose sur notre vie... la question est donc de savoir quoi (et de s'ne tenir là..comme lui , puisque là, pour lui, était l'essentiel) et puis TOUT AUSSI nécessaire de s'intéresser à SA méthode pour le dire, le comment... deux réalités basiques (dsl d'un tel rappel devant des questions si majeures) mais qui, à ne pas les respecter, font dire tout et parfois des contre- témoignages... et c'est bien cela que le concile Vatican II a déclaré être la part de responsabilité des chrétiens dans le passé dans la montée en puissance de l'athéisme et de la sécularisation... mais comme cela est écrit dans Gaudium et Spes, texte naïf et plat (aux dires de certains) ma vconviction risque de n'être même pas entendue!
    pour prendre un peu de recul avec le billet de Meneldil, je ne serai pas si tranché que cela sur le fait de dire que la vuie privée échappe à ce point à toute parole extérieure ... certes, les consciences des concernés sont seules en jeu... et il vaut mieux qu'elles soient éclairées... comment? et par qui? cela pourrait être aussi de bonnes questions! non?

    RépondreSupprimer
  9. En un mot comme en cent : Merci.

    RépondreSupprimer
  10. Et après, ils s'étonnent de se retrouver avec 5% de pratiquants^, dont la moyenne d'âge est élevée, quasiment plus de prêtres...

    L'église catholique est en passe de devenir une secte, un groupe minoritaire qui prétend détenir, à lui seul, la vérité, qu'il faut imposer aux autres.

    RépondreSupprimer
  11. oui meneldil

    et oui!!

    RAS LE BOL
    de ces donneurs de leçons ignorants en plus

    ils feraient mieux de se mettre en route avec le monde

    ainsi ils deviendraient les disciples d'un certain Jésus de Nazareth sur les routes du monde

    la gynéco claudne

    RépondreSupprimer
  12. Meneldil c´est magnifique, le ton, le style, tout. TOUT.
    Tu as fait la meilleure réponse qu´on puisse faire au blog de "ce" Monsieur MERCIER.
    Un Monsieur que je laisserais sur le pas de la porte s´il lui prenait fantaisie de sonner chez moi.
    Lorsque je lis ces laics, il m´arrive de remercier le Seigneur de m´avoir laissée durant tant d´année dans l´ignorance de ces enseignements car je les aurais jetés carrément dans la poubelle. Je les ai appris sur le tard quand ces choses n´avaient plus d´importance.Qu´elle tristesse.
    Le plaisir sexuel n´est donc pas un don de Dieu pour vous qu´il faille frustrer son conjoint pour grimper sur l´échelle de la sainteté ? Connaissent ils le péché d´avarice ? Une Eglise d´avares et d avaricieux ?

    Et bien, moi, je dis MERCI à ceux qui ont su bien m´aimer sans avarice et avec savoir-faire, il y eu des jours où il y avait un avant goût d´Eternité.
    Pauvres de vous .
    Que connaissez vous des dons de Dieu, vous qui voulez faire peser des poids que personne ne peut supporter, réglementer ce qui est le trésor du couple : son insolente liberté d´être dans la sexualité, vous qui refusez ce qui reste comme un geste d´apaisement quand dans la solitude on ne peut calmer le feu.
    Faites ce que vous voulez, mais par pitié en silence, nous ne sommes pas intéressés par vos choix. Laissez nous nos "rivières profondes dans le mitant du lit" et les bouquets de pervenches aux quatre coins du lit couvert de voiles blanches.

    Merci à toi Meneldil:
    Rentrée en France, je posterai ce texte sur F.B.
    Jacqueline


    ....

    RépondreSupprimer
  13. C'est vrai que certaines prises de position de l'Eglise sur la sexualité (comme dans d'autres domaines) peuvent être contestables. Mais, en tant que chrétien, je ne pense pas que le fait d'être majeur et consentant suffit à accepter tout (par exemple les plans à 4). Nous sommes certes libres mais tout ne conduit à plus de vie. Sinon, qu'est-ce qui nous distinguerait des nons chrétiens ? La Bible est un guide qui nous permet de discerner, à la lumière de l'Esprit Saint, ce qui est bon ou mauvais. En conclusion, OK pour avoir un esprit critique quant aux positions de l'Eglise institutionnelle, mais pas OK pour ne pas chercher à laisser Dieu transformer notre vie, y compris sexuelle. Jean-Marc, gay, anglican, membre de la Cathédrale Américaine (et du groupe Lambda qui y propose des activités pour LGBT).

    RépondreSupprimer
  14. Merci.Ce que je me demande, c'est pourquoi les personnes que vous citez et que j'ai lues mettent tant d'énergie justement à parler de la ou de leur sexualité, comme si le lieu de l'exercice d'une vie chrétienne n'était que celui-ci de la sexualité...Combien de fois dans les Evangiles Le Christ parle-t'il de cette question?
    Je trouve même qu'il y a une certaine indécence à asséner ces "vérités".
    Par ailleurs,Jean-Marc,vous dites qu'en tant que chrétien,vous ne pensez pas que le plan à quatre soit un bon plan.Je ne le pense pas non plus.Mais si je n'étais pas catholique pratiquante,j'aurais la même façon de voir.Or, c'est vrai, pour ma part que Dieu peut "transformer" notre vie...intérieure, sociale etc.

    RépondreSupprimer
  15. Merci. Je découvre votre blog et par la même occasion votre talent et votre ouverture d'esprit.
    Je vous ferai bonne presse!

    RépondreSupprimer