mardi 24 février 2015

Le fouet pour HSBC, le pardon pour Gleeden


L’Évangile gagne à être lu comme un tout ; trop souvent l’exégèse isole les textes les uns des autres, et affaiblit leur sens.

Prenons d’abord le très célèbre passage de la femme adultère, en Jean 8, 3-11 :

« Les scribes et les pharisiens amenèrent alors une femme qu’on avait surprise en adultère et ils la placèrent au milieu du groupe. “Maître, lui dirent-ils, cette femme a été prise en flagrant délit d’adultère. Dans la Loi, Moïse nous a prescrit de lapider ces femmes-là. Et toi, qu’en dis-tu ?” Ils parlaient ainsi dans l’intention de lui tendre un piège, pour avoir de quoi l’accuser. Mais Jésus, se baissant, se mit à tracer des traits sur le sol. Comme ils continuaient à lui poser des questions, Jésus se redressa et leur dit : “Que celui d’entre vous qui n’a jamais péché lui jette la première pierre.” Et s’inclinant à nouveau, il se remit à tracer des traits sur le sol. Après avoir entendu ces paroles, ils se retirèrent l’un après l’autre, à commencer par les plus âgés, et Jésus resta seul. Comme la femme était toujours là, au milieu du cercle, Jésus se redressa et lui dit : “Femme, où sont-ils donc ? Personne ne t’a condamnée ?” Elle répondit : “Personne, Seigneur” et Jésus lui dit : “Moi non plus je ne te condamne pas : va, et désormais ne pèche plus.” »

Le « piège » dont il est question est clair. Les scribes et les pharisiens, c’est-à-dire ceux qui sont attachés à la loi juive dans sa lettre, qui veulent qu’elle soit respectée strictement, les fondamentalistes ou les traditionnalistes de l’époque pourrait-on dire, savent deux choses.

D’abord, évidemment, ils connaissent leur sacro-sainte Loi sur le bout du doigt : en effet, la Bible ordonne de lapider les femmes adultères. En Lévitique 20, 10 par exemple, ou encore en Deutéronome 22, 22-24, la condamnation à mort est explicite. Ce qui, entre nous soit dit, devrait régler déjà pas mal de discussions : oui, l’Ancien Testament est un texte souvent violent, qui appelle plusieurs fois au meurtre, ou qui du moins condamne à mort à tire-larigot, et souvent pour des peccadilles. Et donc ce texte, ou plutôt ce recueil de textes, ne saurait être considéré comme étant intégralement la Parole divine : c’est la loi de Moïse, pas celle de Dieu, et si la première s’inspire souvent de la seconde, en bien des passages l’écart entre les deux se fait béance. Mais passons.

Ensuite, nos pharisiens connaissent aussi, à défaut de le comprendre, le message du Christ : ils savent bien qu’Il ne pourra pas prononcer la condamnation à mort. Ils veulent donc exposer Jésus comme traître et rebelle à la loi mosaïque, dans le but de pouvoir le condamner à mort Lui aussi (eh oui, c’était une manie chez pas mal de Juifs du Ier siècle) : soit Il condamne la femme adultère, soit il dénonce la loi de Moïse, mais ce faisant, Il Se condamne Lui-même.

Jésus, cependant, ne tombe pas dans le panneau, et parvient à éviter à la fois la condamnation de la femme et sa propre condamnation. On a beaucoup écrit qu’ainsi, Il préservait la loi juive, en y voyant une illustration du fameux « Je ne suis pas venu pour abolir la Loi mais pour l’accomplir ». Je suis assez sceptique quant à cette interprétation. Quand la loi dit : « il faut lapider », je ne vois pas bien comment on peut dire à la fois « il ne faut pas lapider » et « je n’abolis pas la loi ». Quand on dit l’exact contraire de ce que dit la loi, pardon mais on ne l’accomplit pas, on l’abolit. Je pense donc plutôt qu’ici, le Christ, dont « le temps n’est pas encore venu », pour reprendre une autre formule célèbre, gagne du temps ; il continue à diffuser son message, sa « bonne nouvelle » (ici, c’est particulièrement le cas de le dire, surtout pour la femme), mais Il le fait d’une manière qui ne l’amène pas à la mort – pas encore.

Peut-on généraliser ? Sans doute. Déjà, on peut noter que des histoires de cul, il n’y en a pas des masses dans l’Évangile. La femme adultère, la Samaritaine (encore chez Jean, 4, 5-42), l’affirmation qu’on commet l’adultère dès qu’on regarde quelqu’un avec désir alors qu’on est marié (en Matthieu 5, 27-28), c’est à peu près tout ce qui me vient à froid. Dans les deux premiers cas, Jésus S’abstient de toute condamnation. Cette rareté des mentions de la morale sexuelle, et la rareté plus grande encore des condamnations liées à ces questions, doit déjà nous mettre la puce à l’oreille : nos histoires de fesses, Dieu S’en fout un peu.

Bien sûr, je ne dis pas qu’on ne peut rien faire de mal en matière de sexualité. Le viol, la pédophilie, la zoophilie, parce qu’ils affectent des êtres qui ne sont pas consentants ou qui ne peuvent pas exprimer de consentement éclairé, les blessent profondément, et sont donc intrinsèquement mauvais. De même, ce qu’il y a de mauvais dans l’adultère, c’est principalement qu’il blesse celui qui est trompé. Qu’on ne m’accuse ni de laxisme, ni de relativisme ; mais clairement, ce n’est pas le sexe qui obsède Jésus. Peut-être parce qu’en-dehors des cas extrêmes que je viens de mentionner, les questions sexuelles sont finalement à la fois trop complexes et trop intimes pour pouvoir faire l’objet d’une morale, ou moins encore d’une législation : elles concernent ceux qui font, et Dieu.

Ce manque d’intérêt divin pour les questions de morale sexuelle est plus clair encore si on les met en regard avec d’autres thèmes. Ainsi l’argent, la richesse, l’exploitation de l’homme par l’homme : ça, ça a l’air de L’obséder davantage. On peut noter par exemple l’omniprésence des publicains, qui est un peu le modèle de l’homme pécheur à qui le Christ S’adresse pour le convertir et le sauver. Qui étaient les publicains ? Des individus à qui le pouvoir romain sous-traitait la collecte des impôts. En gros, le publicain avance la somme due au pouvoir, puis se rembourse sur la population en prenant une commission au passage. Et pour récupérer les sommes engagées, les publicains n’hésitaient pas, bien souvent, à recourir à la violence en cas de besoin. Pas franchement des enfants de chœur, donc : plutôt un mélange entre le collecteur d’impôts et le parrain de la mafia. Voilà donc le personnage qui semble avoir le plus besoin de la conversion : celui qui s’enrichit sur le dos des autres, particulièrement des faibles.

On peut aussi citer plusieurs passages des Évangiles qui vont dans le même sens. Le jeune homme riche, par exemple. Il interroge le Christ sur la manière d’obtenir la vie éternelle, et Jésus lui répond par le décalogue. Ce à quoi le jeune homme répond, d’après Luc 18, 21-25 :

« “Tout cela, je l’ai observé dès ma jeunesse.” L’ayant entendu, Jésus lui dit : “Une seule chose encore te manque : tout ce que tu as, vends-le, distribue-le aux pauvres et tu auras un trésor dans les cieux ; puis viens, suis-moi.” Quand il entendit cela, l’homme devint tout triste, car il était très riche. Le voyant, Jésus dit : “Qu’il est difficile à ceux qui ont les richesses de parvenir dans le Royaume de Dieu ! Oui, il est plus facile à un chameau d’entrer par un trou d’aiguille qu’à un riche d’entrer dans le Royaume de Dieu.” »

La comparaison est éclairante. À la femme adultère, Jésus ne faisait ni menace, ni avertissement : Il lui conseillait de ne plus pécher, point final. Au riche, c’est tout autre : sans la grâce divine, mentionnée aux versets suivants, la comparaison avec le chameau indique clairement que le riche ne peut tout simplement pas être sauvé. Dans la même veine, on pourrait citer l’épisode des marchands du Temple, en Jean 2, 13-16 :

« La Pâque des Juifs était proche et Jésus monta à Jérusalem. Il trouva dans le Temple les marchands de bœufs, de brebis et de colombes, ainsi que les changeurs qui s’y étaient installés. Alors, s’étant fait un fouet avec des cordes, il les chassa tous du Temple, et les brebis et les bœufs ; il dispersa la monnaie des changeurs, renversa leurs tables ; et il dit aux marchands de colombes : “Ôtez tout cela d’ici et ne faites pas de la maison de mon père une maison de trafic.” »

Un fouet, grand Dieu ! Jésus, l’homme du pardon, de l’amour universel, de priez-pour-ceux-qui-vous-persécutent, et de faites-du-bien-à-ceux-qui-vous-font-du-mal, et de tends la joue gauche, et de donne encore ton manteau, Jésus, le Gandhi de l’époque, l’homme de la douceur et de la non-violence, pour une fois, une seule fois dans tout l’Évangile, Jésus frappe. Qui frappe-t-Il ? Pas les adultères, pas les homosexuels, non, Il frappe les marchands, les changeurs, autrement dit les banquiers de l’époque. La seule et unique fois où Jésus attaque avec Ses mains, et plus avec Ses mots, ce n’est pas contre les adeptes de la Luxure, c’est contre ceux de l’Avarice.

Que peut-on en déduire ? Que François, en condamnant le capitalisme libéral et en faisant des pauvres un des piliers de son pontificat, est bien plus proche de Dieu que Paul VI, Jean-Paul II ou Benoît XVI, qui donnaient un peu l’impression de considérer comme plus important de savoir s’il fallait se mettre un tuyau de plastique sur la queue pour baiser. Parce qu’on aura beau tout chercher à mettre sur le dos des médias, la grande encyclique de Paul VI, ça reste Humanæ Vitæ, et les théologiens de la libération, qui osaient demander pourquoi les pauvres étaient pauvres, ont été condamnés par Jean-Paul II et son adjoint le cardinal Ratzinger.

On peut aussi se dire qu’en portant plainte contre Gleeden, site de rencontre basé sur l’infidélité, pour outrage à la pudeur et atteinte aux bonnes mœurs et à la morale publique, les Associations Familiales Catholiques sont bien à côté de la plaque. Franchement, les mecs, c’est ça, selon vous, l’urgence ? Lutter contre les promoteurs de l’infidélité ? D’accord, c’est cynique de faire du fric là-dessus ; mais vraiment, c’est ça qui vous semble le plus nocif au bien public ? Dassault qui fait du fric en vendant des armes, Total qui fait du fric en détruisant la planète, HSBC qui fait du fric en permettant aux plus riches de ne pas payer les impôts qui financent les hôpitaux et les écoles de tous, ça ne vous aurait pas semblé plus utile, plus pressant, comme combats ?

J’ai déjà eu l’occasion de dire sur ce blog que si la Manif pour tous, les Veilleurs, le Printemps français et autres groupes du même tonneau avaient consacré à lutter contre la pauvreté l’énergie qu’ils ont consacrée à lutter contre la loi Taubira, il y aurait nettement moins de malheureux en France aujourd’hui. Les AFC, avec leur procès débile, reproduisent exactement la même erreur. Elles montrent qu’elles n’ont absolument aucun sens des priorités, des urgences, de ce qui est vraiment mal dans notre monde. Elles donnent des catholiques une image lamentable : celle de gens qui vivent dans leur bulle, coupés de la société et des vrais problèmes qui la déchirent, obnubilés par ce qu’il se passe dans le slip et dans le lit des autres. Elles continuent de mener les combats qui étaient déjà d’arrière-garde en 1969 ; alors pensez, en 2015… Réveillez-vous : le monde va mal, très, très mal, mais ce n’est pas à cause de ce que vous croyez.

4 commentaires:

  1. Waoou .... Je me rends compte qu'on peut dire ce qu'on veut avec les textes saints ... c'est chacun voit ce qu'il y souhaite.

    Ce que j'avais compris du message du Christ moi modestement c'est que le comportement dans l'être était le plus important que la relation à l'avoir. Et que la tromperie n'était pas très bien vu par le Christ pas ce que c'est cela donc il est question dans Gleeden : la tromperie. Il y a une différence entre lapider quelqu'un et souhaiter interdire une pratique que l'on juge contraire aux lois fondamentales de la communauté basé sur la confiance et non sur la tromperie. Après si on considère que tout se vaut ...

    Concernant le passage sur l'adultère, je ne suis pas d'accord. Le lévitique c'est l'interprétation antrophologique des hommes donc contestable ou discutable . Les dix commandements si on est croyant du moins c'est la parole incrée de Dieu. Et qu'il y aussi tu ne tueras point dans les dix commandements juste au dessus de tu ne commettras pas d'adultère. Jésus ne loue pas la femme qui a fait l'adultère et n'est pas questionner sur la relation en question mais sur la lapidation suite à un péché. Lapidation en accord avec le lévitique peut être mais en désaccord avec les dix commandements : tu ne tueras point.

    Donc je ne pense pas que Jésus s'en fout ou ne s'en fout pas d'ailleurs de la sexualité c'est pas la question ce qui l'intéresse c'est la relation de soi à soi, de soi à dieu et de soi à l'autre dans sa globalité. Et tromper c'est trahir.

    Quand à la relation de Jésus aux riches , on pourrait vous reprocher de ne pas contextualiser. Israel d'y a 2.000 ans c'est pas l'économie de marché basé sur le droit de propriété et l'égalité devant la loi des individus.

    De plus Jésus ne remet pas en question la notion de Maître et de serviteurs comme on peut le voir dans la parabole des talents ni même l'importance du père dans la parabole du retour du fils prodigue comme processus de reconnaissance social = ordre patriarcal. Et la notion de maître et de serviteurs à l'époque c'est pas contractuel du tout. Les serviteurs "appartiennent" à la "maisonnée" ou sont subordonnées à la "communauté villageoise".

    Il me semble de plus que vous interprétez abusivement le passage de Jésus qui chasse les marchands du temple. Jésus les chasse parce qu'ils n'ont rien à faire dans un temple ou les activités de commerces selon lui doivent être proscrites pas parce qu'ils sont riches. C'est pour cela qu'il prend le fouet. Ils parlent d'ailleurs de marchands et de commerçants pas de seigneurs ou de propriétaires fonciers ( les vrais riches de l'époque).

    Je passe allégrement sur votre diffamation sur les entreprises comme Total et HSBC même si je constate le deux poids ,deux mesures de la métaphore de l'autre joue par rapport aux "péchés" que vous sélectionnez.




    RépondreSupprimer
  2. Le thème de la justice, donc des rapports entre pauvres et riches court tout au long de l'AT comme du N. Pas celui de la sexualité.

    RépondreSupprimer
  3. Cher Steed,

    Qu'on puisse dire absolument ce qu'on veut avec les textes saints, j'en suis bien convaincu depuis très longtemps. Et plus le corpus est large, plus les contradictions deviennent nombreuses et manifestes, donc plus on peut tout dire et son contraire. C'est pourquoi la Bible est un appui, un guide, une lumière, mais certainement pas un code de conduite, de morale, de croyance ou de pensée qu'il suffirait de suivre : elle est trop ouverte à interprétation.

    Venons-en au fond. Que la tromperie soit "mal vue par le Christ", je n'en disconviens pas, je le dis texto dans le billet. Donc non, tout ne se vaut pas, on est bien d'accord. Et je n'ai pas dit non plus que Jésus s'en foutait complètement : j'ai dit que, clairement, ce n'était pas la question qui Le préoccupait le plus.

    Mais la vraie question n'est pas là : la vraie question, c'est de savoir si la loi doit interdire absolument tout ce qui est, objectivement, mal, ou mal vu par le Christ (ce qui est la même chose). Et moi, je ne le crois pas. On peut bien sûr ne pas être d'accord avec moi, mais je ne crois pas que la loi puisse ou même doive interdire tout ce qui est mal. Quand vous mentez à votre fils pour gagner du temps, c'est mal, et pourtant la loi n'a pas à l'interdire. Si un raciste tient des propos racistes en privé, dans son salon, c'est mal, et pourtant je ne crois pas que la loi doive l'interdire. Etc. Et c'est pareil pour l'adultère : aller coucher ailleurs sans le consentement de votre conjoint, c'est mal, mais je ne crois pas que ce soit le rôle de la loi que de vous punir pour cela.

    Je reviens sur la distinction que vous posez entre "le Lévitique" et "les Dix commandements". Le Décalogue, c'est quoi ? Un texte dans l'Exode, un autre dans le Lévitique, avec de légères nuances. Pardon mais si le Lévitique est une "interprétation des hommes" (j'en suis d'accord), pourquoi pas l'Exode et le Deutéronome ? Je ne crois donc pas que le Décalogue soit davantage la "Parole incréée de Dieu" que le reste du Pentateuque (et pourtant, je suis croyant...).

    Revenons aussi sur votre reproche de "ne pas contextualiser", à propos de la relation entre riches et pauvres. Ah, celui-là, vous n'êtes pas le premier à me le faire, et je l'adore. Parce que, bizarrement, je constate que c'est toujours sur les mêmes questions qu'on me reproche de ne pas contextualiser. Pourquoi diable devrais-je contextualiser sur les riches et les pauvres, et pas sur la femme adultère ? Vous, vous vous dites qu'Israël ne connaissait pas l'économie de marché et le droit individuel à la propriété ; qu'est-ce qui m'empêche alors de dire de la même manière qu'Israël ne connaissait pas la libération sexuelle ? Pourquoi faudrait-il "recontextualiser" les questions économiques, et donc en affaiblir la portée pour la morale d'aujourd'hui, mais toujours prendre au pied de la lettre les questions sexuelles ? A mon sens, cette différence de traitement ne tient pas la route.

    Sur le passage des marchands du Temple, je suis d'accord avec vous : n'empêche que la présence de marchands dans le Temple Lui semble apparemment bien plus grave que l'adultère de la femme.

    Enfin, diffamé-je ? Sur Total, certainement pas. Outre que l'entreprise a été condamnée en justice pour les dommages qu'elle a fait subir à l'environnement, même ceux qui ne sont pas condamnables pénalement, à savoir le rejet dans l'atmosphère d'une quantité extrêmement dangereuse de carbone est un fait. Quant à HSBC, si vraiment vous voulez croire qu'il n'y a rien... Il n'y a pas pire aveugle que celui qui ne veut pas voir. ;-)

    RépondreSupprimer